Your address will show here +12 34 56 78
LE CONTEXTE

 

  • Text Hover
    Le Bénin est un pays francophone d’Afrique de l’ouest longtemps surnommé «Quartier latin de l’Afrique» pour l’important vivier d’intellectuels qu’il comptait. De grands fonctionnaires de l’administration française et d’organisations internationales étaient originaire du Bénin. Mais malgré les efforts des gouvernements successifs pour maintenir cet excellence intellectuelle, nous avons assisté à sa décroissance au fil des années. Le budget de l’education nationale n’a cessé de croître ces dernières années avec encore plus de mesures incitatives aussi bien à l’endroit des professeurs que des apprenants. Comment alors expliquer les taux importants d'échec et d’abandon enregistrés chaque année dans l’education nationale? En République du Bénin, l’éducation est une priorité clairement établie dans la Constitution du 11 décembre 1990 et dans la Loi d’Orientation de l’Éducation Nationale du 11 novembre 2003. Une études prospectives, Benin Alafia 2025, montre que 95% des populations aspirent à une education efficace et performante. Egalement, la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvrete 2011 - 2015 fait de l’éducation son troisieme axe opérationnel relatif au renforcement du capital humain, notamment dans le domaine d’intervention prioritaire intitulé « la promotion d’une education de developpement ». Sur cette base, un plan décennal du secteur de l'éducation a été élaboré et au nombre de ses programme figure le programme « acces, equite et rétention».
les mesures phares du programme « acces, equite et rétention» sont :

  • La construction et l'équipement de 13000 salles de classe entre 2006 et 2015
  • le recrutement de 10000 enseignements
  • Des mesures d’accompagnement de la gratuité des enseignements maternel et primaire.

De nombreux autres programmes et mesures ont concerné le renforcement pédagogique des enseignants ainsi que la mise a disposition de matériel didactique. Suite a ces mesures, d’importantes évolutions ont ete notees :

 2006201020112012201320142015
Taux brut de scolarisation au primaire (en %)95,5106112119121120124
Taux net de scolarisation au primaire (en %)8086919798,198,599
Taux d’achèvement du primaire (en %)65646871777879
Taux de redoublement (en %)7,913,413,311,911,611,411,2
Taux d’abandon (en %)11.710.414.713,413,811,613,2

Le taux d’achèvement du primaire atteint 79,2 % en 2015 alors qu’il était de 65 % en 2006. Malgré les efforts, la rétention des élèves est ralentie par les redoublements et les abandons dont les taux sont respectivement de 11,2 % et 13,2 % en 2015.
Les taux d'échec et d’abandon les plus important  proviennent des départements de l’Alibori, du Borgou, du Mono et du Plateau. Les habitants de ces départements ont en commun un niveau de pauvreté ne leur permettant pas de faire de l'éducation des enfants leur priorité. Ainsi, dans ces départements, on assiste a une forte scolarisation des enfants qui manque pas de dispositif d’accompagnement qui leur permettra de réussir. Ainsi, la gratuité de l'école primaire financée par   les importants budgets annees apres annees de l’etat se heurte a l’environnement socio-économique de certains départements.

En effet, les gouvernements successifs du Bénin ont toujours accordé une part importante du budget de l’état á l'éducation. En effet, la part du budget de l’État allouée au secteur de l’Éducation est de 20,9 % en 2015 contre 18,5 % en 2010, la moyenne des dix dernières années étant de 23 %. Le gouvernement béninois alloue donc plus de 20 % de son budget à l’éducation. En termes de dépenses de l’État, c’est plus de 30 % des dépenses courantes qui sont allouées à l’éducation, plaçant ainsi le Bénin parmi les pays qui financent le mieux leur système éducatif au niveau de la Communauté economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Mais cette allocation importante de budget est fragilisée par le contexte social défavorable de certaines catégories de populations. Plus concrètement, malgré tous les moyens pédagogiques mis à sa disposition, cela reste difficile pour un élève de réussir si lui ainsi que ses parents sont affamés, se logent mal, s’habillent mal et ont des difficultés a se soigner.

En conclusion, le système éducatif béninois a fait d’importants efforts quantitatifs. On note aujourd’hui une hausse du taux de scolarisation, de plus en plus d'écoles sont construits chaque année et encore plus d’enseignants sont recrutés à chaque rentrée. Mais d’important defis restent a relever en ce qui concerne la qualité. Les taux d’échec et d’abandon enregistrés nous montrent que nous devons repenser notre éducation national. Nous devons la rendre plus inclusive en responsabilisant chaque acteur de l’état à l’apprenant mais surtout en trouvant de nouveaux dispositifs pragmatiques, locaux et adapté afin que plus aucun enfant ne soit laissé seul face a sa scolarité.

Soutenir l’éducation en Afrique

Vos dons sont destinés à 100% à la réalisation de nos projets éducatifs au Bénin